Lausanne, cyclable malgré sa topographie?

Posté à 19:27 dans Divers

Lausanne de nuit - Photo de Muris Camo

Connaissez-vous Lausanne? Cette ville située au bord du Lac Léman en pleine Suisse Romande avec sa topographie mouvementée n’est pas à priori un paradis pour cyclistes. Ou disons qu’elle donne le sentiment qu’il faut un certain entrainement pour s’y déplacer à vélo, notamment sur l’axe Nord-Sud. Construite sur un territoire de collines dont la dénivellation s’étale sur plus de 500 mètres, elle offre de nombreuses pentes aux courageux qui font le choix de la mobilité douce et ce n’est pas un hasard si les coursiers de vélocité se distinguent si souvent dans les compétitions internationales.

Malgré tout, les dernières mesures effectuées par la Ville de Lausanne démontrent une augmentation de plus de 50% du trafic cycliste en ville entre 2002 et 2006, ce qui prouve que les campagnes de promotions réalisée par la ville portent leurs fruits et que finalement il n’est pas impossible de s’y déplacer à vélo.

La clé ici semble être le choix de l’itinéraire et pour aider les adeptes de la petite reine dans la planification de leurs trajets dans la capitale vaudoise, la ville a édité une carte des axes recommandés dans la ville et dans sa région. Cette carte fournit des informations sur les charges de traffic, des suggestions d’itinéraires pour lesquels les pentes et les principales cotes d’altitude sont indiquées, ainsi qu’une liste des services utiles tels que les vendeurs et réparateurs de cycles spécialisés, la location ou le prêt de vélos, les dispositifs de stationnement, l’utilisation possible des ascenseurs ou les randonnées à vélo dans la région.

Ces dernières années la Ville de Lausanne a en outre développé son réseau de pistes cyclables et il est intéressant de constater que l’évolution du trafic à vélo y est directement dépendante du nombre d’infrastructures mises à disposition. La ville a par ailleurs choisi d’offrir un soutien à l’achat de vélos électrique ainsi qu’à l’association Lausanne Roule qui met gratuitement à disposition des vélos et des vélos électriques.

L’exemple Lausannois montre bien qu’avec une réelle volonté politique de promotion de la mobilité douce on peut augmenter la part de population qui choisi de se déplacer à vélo dans sa ville. Et ce, même dans une ville à la topographie difficile comme Lausanne qui, à priori, ne se prête que difficilement aux déplacements à vélo.

Pour le futur il serait peut-être intéressant de développer l’accessibilité de l’axe Nord-Sud et dans ce sens je ne vois qu’une seule solution, l’installation d’ascenseurs à vélo, comme cela se fait à Trondheim, en Norvège. Ainsi Lausanne deviendrait une ville vraiment confortable pour les deux roues. A moins évidemment qu’il soit prévu de permettre le chargement de vélos dans le futur M2, dans ce cas la ville commencerait alors à ressembler à un véritable paradis pour cyclistes.

Dans la même veine

9 commentaires

  1. M'dame Jo
    Posté le 30 janvier 2007 à 16:20 | Permalien

    Oui, je crois bien qu’il est prévu que l’on puisse mettre les vélos dans le M2… au prix d’un billet normal. Donc ça coûtera plus de 5.-

    Alors mettre le vélo dans le métro pour aller au Chalet-a-Gobet une fois de temps en temps, oui, mais comme option quotidienne ça fait un peu chérot.

  2. Posté le 30 janvier 2007 à 17:05 | Permalien

    Et pas d’abonnement annuel comme le font les CFF avec leur passeport vélo? J’avais ça un temps. Pour moins de 200.-/an tu peux prendre ton vélo partout où tu vas. C’est génial quand t’es pendulaire.

  3. M'dame Jo
    Posté le 31 janvier 2007 à 8:03 | Permalien

    Sauf si tu es pendulaire entre Neuch et Lausanne :)

    Non, je ne pense pas que ce soit prévu. La "volonté" des TL d’accepter les vélos est pas très convaincante…

  4. Posté le 31 janvier 2007 à 8:42 | Permalien

    Vous allez donc devoir continuer à pédaler à la montée, même avec un M2 tout neuf. Dommage! par contre il y a quand même un avantage, c’est que la montée, ça fait de belles fesses :-)

  5. M'dame Jo
    Posté le 31 janvier 2007 à 12:37 | Permalien

    Il paraît :)

    (Mais si ça pouvait se voir un peu moins sur les mollets et un peu plus sur les fesses, ce serait encore mieux!)

    Par contre, pour aller faire du VTT par là-bas en haut, je dois dire que m’éviter la montée vaudra bien le prix du billet…

  6. Pierrequiroule
    Posté le 1 février 2007 à 9:50 | Permalien

    Je suis content pour toi que le vélo te sois favorable ;-)

    C’est bien les hauts de Lausanne pour le VTT? Je ne connais pas du tout le coin et je me demandais comment c’est. Vous allez où pour rouler? Il y a d’autres endroits que le chalet à Gobet?

  7. M'dame Jo
    Posté le 1 février 2007 à 10:04 | Permalien

    Favorable à mes mollets, c’est sûr…

    Bah, moi je fais pas de VTT, je fais de la promenade en forêt - et j’insiste sur promenade :)

    Il y a deux parcours balisés, 10 km et 20 km, pis je crois qu’il y a aussi un parcours avec des obstacles, mais je suis jamais tombée dessus (et de toutes façons je doute que je m’y essaie).

    www.lausanne.ch/view.asp?…

  8. Posté le 1 février 2007 à 10:41 | Permalien

    Merci pour l’info. Mais je ne crois pas que des parcours balisés réussissent à m’attirer, d’autant plus que 10 et 20 km, même cumulés, c’est pas beaucoup…

    Fais attention, la marche ça développe les mollets. Regarde les anciens du CAS, ils ont tous de beaux mollets bien ronds, forgés par des heures de marche en montagne, biens mis en valeur par leurs chaussettes rouges :-)

  9. M'dame Jo
    Posté le 1 février 2007 à 11:04 | Permalien

    Meuh non, je voulais dire que je me balade en vélo traaaaanquille car je suis plus trouillarde que casse-cou donc le terme de VTT serait un peu trompeur, donc les parcours balisés moi ça me va (pis la marche c’est quand même chiant)

Publier un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni transmis. Champs obligatoires *

*
*