Vous aimiez ce blog? Son successeur, le blog du Cyclocampeur, devrait vous plaire aussi.

Archives pour mai 2007

Deux ans, nouvelle boutique et t-shirts à gagner

Posté le 23 mai 2007 dans Pierrequiroule - aucun commentaire

pierrequiroule.net label

Le 24 mai 2005, j’étais loin de penser en mettant en ligne ce premier billet sur le printemps que mon blog existerait encore deux ans plus tard… Et pourtant! Malgré un petit lifting rendu nécessaire par l’apparition de quelques rides l’automne passé, pierrequiroule est encore là et se porte plutôt bien. Si bien même, qu’on lui remarque une petite tendance à l’embonpoint. Et ce n’est pas aujourd’hui que ça va s’arranger, puisque j’ai le plaisir de vous annoncer que le menu s’allonge et se voit gratifié d’une boutique toute neuve, avec une collection de t-shirts pour dire qu’on aime le vélo.

Concours C’est fini!
Le concours est terminé. Je vous remercie tous d’avoir participé. Je pensais faire le tirage au sort des gagnants aujourd’hui mais préparatifs de voyage obligent je n’aurai pas le temps. Je ferai ça dans deux semaines en rentrant. J’enverrai aussi à ce moment-là à tous ceux et celles qui ont participé un code qui leur permettra de faire valoir le rabais promis sur leur prochain achat dans la boutique. Merci à vous d’avoir joué le jeu!

Deux ans, une nouvelle boutique et des t-shirts tous neufs, ça se fête! Pour marquer le coup, j’ai choisi d’offrir des t-shirts aux deux gagnants désignés par tirage au sort qui auront répondu aux deux questions suivantes:

  • Question n°1
    Rouler dans certaines forêts inhospitalières de ma région peut être très dangereux pour les jambes. Savez-vous quelle est la menace qui pèse sur le biker qui ose s’y aventurer sans harpon?
    Réponse: cette menace c’est le requin dont vous pouvez voir les conséquences de la férocité ici.
  • Question n°2
    Quel est le nombre de billets qui ont été publiés sur pierrequiroule depuis sa création en 2005. Est-ce 88 ou 125? (Je sais que dans les deux cas ce n’est pas beaucoup, mais que voulez-vous, il faut bien que je me réserve du temps pour rouler et pour dormir, de temps en temps!)
    Réponse: c’est 88. Et oui! Il y avait un piège. Ceux qui ont répondu 125 n’ont pas remarqué que mes billets peuvent appartenir à plusieures catégories à la fois :-)

En plus des t-shirts donnés aux gagnants, j’offre à chaque participant une réduction de 10% valable sur votre prochain achat dans le shop de pierrequiroule. Pas mal, non?

Le concours est ouvert pendant une semaine, dès aujourd’hui 23 et jusqu’au 31 mai, date à laquelle je procéderai au tirage au sort des gagnants.

Envoyez-moi vos réponses par e-mail, par SMS (pour ceux qui ont mon n° de portable) ou via les commentaires et surtout, n’oubliez pas de diffuser le message autour de vous et d’en faire profiter vos proches.

Why I ride - Prendre du recul et pédaler

Posté le 11 mai 2007 dans En vrac - aucun commentaire

Cycliste vue du ciel

Prendre de la hauteur ou de la distance, en ce moment j’en rêve… Heureusement que le voyage en Ecosse approche à grands tours de roue, ca va me faire du bien de pédaler et de vivre tout simplement pendant deux semaines!

A l’opposé, les participants de la dernière masse critique de Budapest, le 22 avril dernier, étaient loin de baigner dans le calme et la solitude puisque c’est 50′000 cyclistes qui se sont retrouvés pour rouler ensemble et établir, sans le vouloir, un record! A voir ici en photos et vidéo!

Alors que certains roulent pacifiquement pour montrer qu’ils existent et qu’ils comptent, d’autres s’obstinent encore à souhaiter nous écraser et nous éradiquer, à l’image de cet automobiliste qui a vu rouge parce qu’un cycliste s’est arrêté devant lui à un feu devenu orange. L’ironie, c’est que les automobilistes se plaignent que les cyclistes ne respectent pas les feux. Mais finalement, c’est peut-être ce qu’il y a de plus sûr!

Aussi loin de nous mais plus constructive, l’exposition “Why I ride” (”Pourquoi je roule”) présente en différents lieux de New York du 3 mai au 3 juin les travaux d’artistes qui expriment par la peinture, la photographie, le dessin, la sculpture ou les installations la liberté et la mobilité qu’offre le vélo dans une métropole congestionnée.

Le point de vue de ces artistes étant que les interactions qui se créent avec le voisinage et les passants croisés alors que l’on roule - qu’elles soient sympatiques ou hostiles - sont de loin préférables à l’isolement provoqué par “l’auto-dépendace”. Exposition que je ne verrai malheureusement pas mais dont je pourrai télécharger ici le catalogue pour me consoler…

Bon week-end à vous toutes et tous.

PS: Aïe, j’ai failli oublier de vous inviter à visiter Paris à vélo depuis chez vous. Eh oui, c’est possible! Et en plus vous serez bien accompagnés!

Du vélodrome aux rues de nos villes

Posté le 3 mai 2007 dans Divers - 5 commentaires

Le web nous amène de temps à autre des petites merveilles dans le genre de celles-ci. Deux videos sur les fixies, en l’occurence dans les rues de San Francisco, ou l’on découvre, si on ne le savait déjà, que la pratique du vélo à pignon fixe ne se limite pas à tourner en rond dans un vélodrome, loin s’en faut.

Ce qu’il faut savoir, c’est que le pignon fixe implique qu’il n’y a plus de roue libre et donc que les pédales tournent avec les roues. Ca demande une certaine maitrise du vélo, notamment pour les freinages puisque bien souvent ces vélos n’ont pas de freins. Et évoluer dans les rues en pente de San Francisco ne facilite pas les choses!

Allez, moi je file à SF. Pas pour rouler, mais pour y vendre des pneus :-)