Tous ces vélos qui dorment dans des garages

Posté à 16:51 dans Mobilité

Un de mes projets m’amène en ce moment à me plonger dans les chiffres et les statistiques concernant la mobilité et la place qu’occupe le vélo dans le monde en termes d’utilisation et de production.

Personnellement je ne suis pas un fan de chiffres, pourtant j’ai à peine entamé ce travail que déjà je rencontre des choses intéressantes.

Des vélos qui dorment

Vous avez sûrement déjà lu qu’en Suisse un déplacement en voiture sur huit ne fait pas plus d’un kilomètre ou que seul le tiers des déplacements qui sont faits avec une auto font plus de 10 kilomètre.

Mais là où c’est édifiant, c’est d’apprendre que 50% (!) des ménages Suisses disent posséder au moins deux vélos dans leur garage. Des vélos qui dorment, parce qu’on leur préfère la voiture!

Ca laisse en sacré potentiel de transfert vers le vélo.

Un truc de pauvres? Au contraire!

Faire ses déplacements à vélo reste mal perçu par les personnes de revenu modeste qui préfèrent faire de gros sacrifices pour s’acheter une voiture plutôt que d’être pris pour des “pauvres à vélo”.

Ce qui fait que selon une récente étude anglaise le cinquième de la population la plus riche parcours annuellement en moyenne 2,5 fois plus de distance à vélo que le cinquième le plus pauvre.

Ces mêmes pauvres qui feraient pourtant de belles économies et auraient une bien meilleure vie s’ils se déplaçaient à vélo.

Plus de vélos fabriqués que de voitures

J’ai découvert aussi qu’à la fin des années 60 on fabriquait dans le monde presque autant de vélos que de voitures. En fait la production de vélos a fait un immense bon en avant dans les années 90 pour dépasser de 2,5 fois la production mondiale de voitures avec le développement des activités de loisir. Et cet écart subsiste actuellement.

C’est désespérant de se dire que la plupart de ces vélos ne sont utilisés que pour faire beau dans un garage plutôt que d’être utilisés quotidiennement!

Ce qui est réjouissant par contre c’est de voir évoluer le parc cycliste en temps réel et de se dire qu’à chaque incrément, il y a un espoir que ce soit un vélo qui ne finisse pas au fond d’un garage mais plutôt entre les mains d’une personne responsable et suffisamment intelligente pour faire le choix de se déplacer à vélo.

Sources:
Office fédéral de la statistique
Time Online
Bicycle Retailer and Industry News
Worldometers.info

Autres articles

6 commentaires

  1. Jérôme
    Posté le 12 mars 2008 à 17:18 | Permalien

    Hé c’est marrant ton article, car la semaine passée, en regardant le contenu du local à vélo de mon immeuble, je me suis dit que hormis le vélo de mon voisin, celui de ma copine et le mien, aucun bike ne bougeait jamais de son crochet mural…

  2. berry
    Posté le 13 mars 2008 à 0:23 | Permalien

    La réponse à ce paradoxe est bien dans ton billet : le vélo est devenu un instrument de loisir et plus un mode de déplacement (ce qu’il est peut-être en train de redevenir).

    Pour prendre du plaisir en vélo, il faut en faire régulièrement. Donc les gens qui achètent un vélo pour faire une balade de temps en temps se lassent très vite car ils s’essouflent vite et se font surtout mal aux fesses et aux jambes.

    Enfin, quand je vois un cycliste “de course”, je me dis que je suis quasimment aussi éloigné de lui que l’automobiliste qui me dépasse. Et je me dis aussi qu’il pourrait utiliser toute cette énergie pour faire ses déplacements utilitaires. Mais la philosophie n’est pas la même : d’un côté, le loisir, la compétition, la recherche de performance, de l’autre la lenteur acceptée et revendiquée pour profiter de l’instant présent, la conscience écologique, l’économie d’argent et l’entretien de son corps tout en douceur. Pas grand chose à voir donc…

    Impressionnant le compteur !

  3. Michel
    Posté le 13 mars 2008 à 10:38 | Permalien

    Et en plus, certains de ces vélos dormants sont de petites merveilles, saluons donc l’initiative de Giv et Blaize avec la petite reine, projet en cours de rénovation de vieux vélos, repeints, remontés, remis au goût du jour… pour des sorties royales!?!

    www.lapetitereine.ch

  4. Posté le 13 mars 2008 à 14:53 | Permalien

    > Jérôme, c’est comme ça dans la plupart des immeubles, je t’assure.

    > Berry, c’est vrai que le cyclisme sur route a tendance à nous faire oublier que c’est avant tout un plaisir de se déplacer à vélo et qu’en plus ce plaisir est facilement accessible.

    > Salut Michel, content de te relire par ici! A quand des photos sur La Petite Reine?

  5. Danilo Mathez
    Posté le 14 mars 2008 à 21:36 | Permalien

    Ces chiffres font peurs, c’est bien vrai. Surtout que dans notre pays les routes sont de bonne qualité et que les pistes cyclables, bien que pas assez nombreuses, fleurissent et offrent par rapport à pas mal de pays un réseau cyclable intéressant.

    Aussi si on pouvait faire comprendre que sur un rayon de 5km, en zone urbaine, le vélo reste un moyen de transport plus rapide que la voiture, vous le saviez?
    Moi je l’ai appris il y a pas si longtemps.

  6. blz-
    Posté le 25 mars 2008 à 11:46 | Permalien

    Ben une première série à partir d’ici:

    http://www.flickr.com/photos/zeroun/2311123602/

    Le reste dans 2 semaines…

Publier un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni transmis. Champs obligatoires *

*
*