London made for cycling

Si je vous parle d'une ville où il pleut (très) souvent, à très forte densité de circulation et donc de pollution, choisiriez-vous de vous y déplacer à vélo? Pas sûr. C'est pourtant le choix que font de plus en plus de Londoniens. A croire qu'une forte taxe pour circuler en voiture dans le centre-ville et quelques attentats dans le métro ont un certain impact qui favorise l'usage du vélo.

Ajoutons à cela une certaine conscience écologique et c'est non seulement les habitants de Londres qui se déplacent à vélo pour aller travailler mais l'Angleterre toute entière qui redécouvre le plaisir des voyages à vélo dont le nombre a fait un bond de 30% entre 2005 et 2006. Et les chiffres pour 2007 s'annoncent encore plus élevés. Bien vu!

Quand donc se mettront-ils à organiser des courses de vélo avec passages dans des pubs? Peut-être dans pas longtemps. En tous cas les américains eux s'y sont déjà mis avec le Tour de Brew dont le parcours de sa dernière édition comportait un passage obligé entre les tables et le bar d'un pub-brasserie. Pas sûr que les serveurs apprécient mais par contre je trouve cette façon d'allier sport et certains plaisirs de l'après-sport très originale. Allez hop! j'attrape une petite mousse en passant que je descend vite fait! Ah bin mince! maintenant j'ai les jambes qui flanchent!

Tiens au fait, vous, vous les préférez blondes ou brunes? L'auteur de ce blog a choisi, lui, d'utiliser le charme pour, dit-il, promouvoir l'utilisation du vélo en démontrant que n'importe qui peut se déplacer à vélo et que ni le climat ni la hauteur des talons ne sont des entraves à sa pratique. Finalement c'est pas très important que vous préfériez les blondes ou les brunes, du moment que ça vous incite à faire du vélo. Pas sûr que ça marche mais je suis certain que c'est très apprécié des lecteurs.

Ces mêmes lecteurs qui apprécieront certainement aussi le choix fait par Knog pour promouvoir ses accessoires. Imagerie sexy on-est-beaux-on-aime-le-velo pour vendre des lampes et des sacs, dites-moi si ça vous plaît, j'apprécie personnellement la musique en fond et les petites loupiottes en forme de grenouille.

Et pour sortir complètement du sujet, une maman responsable et concernée a décidé de partir en guerre contre ceux, trop nombreux, qui continuent à s'en foutre. Voilà ce qu'elle dit:

On vit dans le même monde, dans la même ville, dans les mêmes rues et sur le même bitume.
Il y en a qui vivent dans le respect de chacun, d’autres qui font des concessions.
Y en a qui s’en foutent.
Moi, comme beaucoup, je suis piéton, je suis vélo, je suis parisienne, j’ai des poumons - et mes enfants aussi, mais en plus petits - et ça me gonfle. J’ai envie de dire tout ce qui m’empêche de vivre la ville comme j’en ai envie et surtout, comme j’en ai le droit. De leur dire que, en fait, ben non, ils sont pas tout seuls.


Son action? Des autocollants à imprimer et à coller partout mais surtout sur les carrosseries des bagnoles de ceux qui continuent à s'en foutre et qui se moquent des conséquences de leur attitude.

Bonne fin de semaine. Je passe le week-end à vélo dans les rues d'Amsterdam, je vous en ramènerai quelques photos.