Ce blog s'est arrêté en octobre 2009, découvrez ici pourquoi et où je suis maintenant.

Archives des tags: cyclisme

Règle n°1: tu parleras du But Club

Règle n°2: tu PARLERAS du But Club. Pigé?

Les anglais - qui n’en sont pourtant pas à un thé près - ont failli avoir le nom le plus incroyable qu’on puisse trouver pour un magazine de vélo! Butt Club aurait pourtant été tellement approprié!

Tant pis, il reste cette superbe photo d’un temps complètement révolu où la route du Galibier était jonchée de pierres et de rochers et souvent traversée par des torrents fous après les périodes de pluie.

Une époque où l’on pouvait vraiment parler d’aventure humaine, loin des Terminators à roulette d’aujourd’hui.

But Club

Le But Club était, si je ne trompe, un magazine anglais sur le cyclisme. Le coureur sur la photo est le français Lucien Teisseire lors d’une étape du Tour de France qui a dû avoir lieu aux environs de 1948 - 1950.

Le bon vieux temps, quoi!

Crédit image: Merci à fixedgear pour avoir posté ce scan sur Flickr.

Aveux de dopage

Bo Hamburger avoue s’être dopé entre 95 et 97. Pas de quoi en faire un plat, non, tout juste un beau hamburger.

Donnez-leur de la dope à ces Pantins du Tour

Pantins à vélo

(Billet mis à jour le 6 août 2007)

Le Tour vient de s’achever, dans la douleur et la suspicion, une fois de plus. Ce qui m’amène à me demander si finalement on est pas tous en train de se tromper… Si on ne devrait pas arrêter de s’offusquer de ces cas de dopage et accepter que ce soit un mal nécessaire.

Parce que si les cyclistes (et tous les autres sportifs) se dopent, c’est pour nous. Bin oui, c’est pour notre plaisir qu’ils font ça, sûrement pas pour le leur (mise à jour du 06.08.07, merci fludux pour ce lien). C’est pour que le spectacle soit beau. C’est pour que nous soyons épatés. C’est pour que nous les idolâtrions, comme des êtres auxquels nous ne pourrons jamais ressembler, dont nous ne pourrons jamais atteindre la force, la puissance et les prouesses sportives.

Alors laissons-les se doper, pour notre plus grand bonheur.

De toute manière, vous croyez vous qu’un cyclisme propre puisse exister, alors qu’on leur en demande toujours plus et qu’il y a tellement d’intérêts en jeu?

Moi pas. Et c’est pour ça que cet été j’ai préféré suivre l’Autre Tour.

Allez, je vous offre ici une copie d’un texte écrit comme une lettre à son fils par Luc Vaillant, Journaliste à Libération, parce qu’il va dans le sens de ce que je ressent pour le cyclisme (comme pour n’importe quel sport de haut niveau d’ailleurs) et qu’il l’écrit bien mieux que je ne saurai jamais le faire.

Lire la suite »

Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours…

Je l’avoue, c’est un peu méchant de diffuser ça. Mais je n’ai jamais prétendu que j’étais gentil ;-)
Je me demande quand même si le nouveau vainqueur est fier de sa “victoire”…