Vous aimiez ce blog? Son successeur, le blog du Cyclocampeur, devrait vous plaire aussi.

Archives des tags: Voyages

Retour sur un voyage à vélo en Andalousie

Arrivée à El RocioPour vous qui aimez les voyages à vélo, j’ai profité de ce week-end un peu maussade pour vous préparer un album tiré des clichés pris lors de nos vacances en Andalousie au mois de septembre dernier.

Comme d’habitude j’ai privilégié pour cet album les photos restituant l’ambiance et les paysages de cette très belle région du sud de l’Espagne, vous évitant ainsi d’avoir à vous taper des photos de pierrequiroule en tongs sur la plage.

En gros, on a fait une boucle tout autour de Séville de près de 1300 km, en visant au maximum les petites routes, les régions montagneuses et les zones reculées hors circuits touristiques, ce qui nous a permis de trouver un équilibre très agréable entre les journées de visites de monuments et celles de pédalage sur des routes de montagne quasi désertes.

Je prendrai sans doute un de ces jours le temps de préparer une carte de notre parcours, pour compléter cet album et peut-être vous aider à planifier vos prochaines vacances mais il faudra sans doute attendre encore un peu pour ça.

Lire la suite »

Comment voyager à vélo gratuitement

Cyclo-voyageur sur un lac salé

Deux des avantages du voyage à vélo sont les possibilité de rencontre qui s’offrent au cycliste et le coût de revient modeste de ce genre de vacances qui fait du bien au porte-monnaie. Ce ne sont pas les seuls, de loin, mais dans le cadre de ce billet ce sont ceux qui, mis ensembles vont nous permettre de faire d’une pierre deux coups.

Si vous êtes adeptes du cyclo-camping, vous savez déjà que se déplacer à vélo et camper ne coûte pas cher. Vous avez peut-être aussi déjà tenté le camping sauvage qui, lui, ne coûte rien, si ce n’est parfois la vue d’un fusil (véridique, les paysans Suisses tiennent parfois un peu trop à ce que leur droit de propriété soit respecté).

Mais il existe encore une autre solution qui, lorsque l’envie d’une bonne douche chaude (et, peut-être, aussi de contact) se fait ressentir, vous permettra de bénéficier gratuitement d’un toit, d’une douche et peut-être même d’un repas.

Evidemment, ça ne fonctionne pas à sens unique et si vous voulez bénéficier d’un accueil chez un habitant généreux vous devrez être vous aussi prêt à accueillir à l’occasion l’un (ou plusieurs) de ces cyclo-campeur(s) et leur offrir l’hospitalité.

Parce que c’est de cela qu’il s’agit. D’hospitalité et d’accueil, pour des gens qui, eux aussi, comme vous, apprécient de voyager à vélo et d’en profiter pour faire des rencontres.

Voici comment ça marche

Il vous suffit de créer un compte sur un site de la vélo-hospitalité ou de donner votre adresse pour une liste envoyée par courrier en indiquant ce que vous êtes prêt à offrir (douche, lit, coin pour la tente, repas, etc…), vos informations de contact et disponibilité et quelques infos sur votre région (possibilités d’hébergement, proximité d’un magasin de vélo, etc…).

Une fois votre adresse donnée et les informations complétées, vous pourrez accéder à la liste de tous ceux qui, comme vous, se réjouissent d’accueillir et surtout de partager quelques instants avec des vélo-voyageurs qui passent près de chez eux, à condition bien sûr d’avoir été prévenus à l’avance.

Où s’adresser pour ça?

Je ne sais pas s’il en existe d’autres, mais la liste principale que je connais qui offre ce service internationalement est la Warshowers list (liste de la vélo-hospitalité, avec une page en français), dont les membres viennent du monde entier (enfin, presque…). L’inscription y est gratuite.

Pour la Suisse, on a Velodach (en français Velogîtes), qui offre un service similaire sur notre territoire.

En Allemagne
vous la trouverez sur Dachgeber. En France c’est géré par la CCI, en Autriche Argus et en Grande-Bretagne vous trouverez ça sur Cycling with Neil.

Ce que j’en pense

Comme vous le savez, plus on est de fous, plus il y a de lits. Donc plus il y aura de membres, plus les possibilités d’hébergement seront nombreuses. Je vous invite donc à vous inscrire sur l’une (ou l’ensemble) de ces listes.

Accueillir ou être accueilli par des cyclo-voyageurs est une source d’enrichissement personnel, une forme d’entraide entre cyclistes et un excellent moyen de partager des expériences et de se raconter ses voyages. Ou de boire une bière ensemble.

Madame pierrequiroule et moi avons eu la chance grâce à la Warmshowers List d’être accueillis l’année passée à Glasgow par Colin qui a été d’une rare générosité.

Pour l’anecdote, on a grâce à lui voyagé tous les deux avec chacun deux brosses à dents. Celle qu’on avait emmenée de chez nous et celle qu’il nous a offerte à notre arrivée chez lui.

Crédit photo: Merci à Tom Gardner pour ses belles images sur Flickr

Le Manuel du Voyage à Vélo

Manuel du Voyage à Vélo

Après mon récent article sur Tranquille, le guide du Vélo à Marseille, il y a un autre livre paru récemment dont je souhaite vous parler ici.

Ce livre c’est le Manuel du Voyage à Vélo, réalisé par l’association Cyclo-Camping International qui met ainsi à disposition son savoir et son expérience du voyage à vélo, le tout compilé dans un manuel de 230 pages, bourré d’infos .

Quel vélo choisir, comment l’expédier par avion, des astuces pour éviter de se faire voler son argent, des trucs nutritionnels pour préserver sa santé, un chapitre dédié aux femmes. Vous avez 10 questions sur le voyage à vélo? Ce manuel vous donne 1000 réponses!

Edité en série limité (500 ex.), ce manuel devra déjà certainement être réédité, tant il a du succès! Alors dépêchez-vous de le commander, c’est un livre indispensable pour préparer vos prochaines vacances!

Plus d’infos sur le site de l’association CCI.

Merci à Madame Vocivelo pour le lien.

Vos conseils pour un voyage en Ecosse

Je prépare actuellement un voyage à vélo de deux semaines en Ecosse pour le mois de juin prochain. J’ai l’intention d’emmener une tente et de quoi cuisiner, mais je pense que je vais profiter de temps à autre d’une des nombreuses auberges de jeunesse disponibles là-bas, en particulier si le temps est trop mauvais, histoire de se réchauffer un peu de temps à autre.

Je pense que je vais concentrer mon périple dans la région des Highlands, celle-ci étant décrite comme la plus sauvage du pays. J’ai l’intention de m’écarter des grands axes et profiter des beautés de la côte ouest et des charmes de la nature écossaise et de ses habitants.

Ca va me changer de la Thaïlande, n’est-ce pas? ;-)

Y-a-t’il quelqu’un parmis vous qui soit déjà allé au pays des fantômes et qui puisse me donner quelques conseils? Je serais très heureux si vous pouviez me donner des infos pour planifier mon itinéraire et surtout si vous me racontiez ce que vous, vous avez vécu là-bas.

Je me pose des questions concernant la météo, les midges, les conditions de camping, la présence de points de ravitaillement (j’ai vécu une mauvaise expérience en Islande il y a quelques années), l’acheminement des vélos par avion et notamment les transbordements d’un aéroport à l’autre dans Londres, etc, etc…

Tout conseil sera apprécié!

Des merveilles plein la tête

Voilà déjà une semaine que je suis rentré de voyage à vélo en Thaïlande et au Laos et pourtant les images et les impressions restent là, encore bien vivaces dans ma tête…

C’est difficile d’effacer le plaisir de pédaler toute la journée, la joie de découvrir kilomètre après kilomètre des paysages somptueux, des gens souriants, des lieux magiques de beauté.

Difficile de s’arracher à ces moments où les enfants nous accompagnent en courant, aux instants de rêveries sur le bateau qui glisse sur les eaux du Mékong, à la mer qui n’arrive pas à se faire oublier, même la nuit.

Et ce ventilo qui brasse péniblement l’air de la chambre, chaud malgré la nuit. Cette douche fraîche sur le corps saturé de soleil. Ces currys, nouilles, riz, légumes et soupes qui finissent par devenir indispensables…

Sans oublier le plaisir des fruits mûrs, mangés tel quel ou passés au mixer et accompagnés de glace pilée, l’émerveillement des marchés remplis de choses succulentes, la mousson même pas froide qui mouille jusqu’aux os sans glacer.

Les virées en mobilette dans le traffic Thaï si peu soucieux du respect des feux mais pourtant si fluide, les cols vertigineux des montagnes du nord et leurs descentes sans fin, la petite dame qui nous a préparé et offert un ananas alors que nous venions de lui acheter une bouteille d’eau, dégoulinants de sueur et fatigués.

Et puis la douceur du hamac, les bungalows qui ne coûtent presque rien, l’accueil des gens, leur générosité, la folie de Bangkok, le calme des montagnes, les rivières, les tuks-tuks, taxis et autres bus et la facilité avec laquelle on peut y embarquer deux vélos, le feu du piment et les lèvres qui demandent du répis, les temples dorés et les moines drapés de robes oranges.

Et surtout, surtout, la chance de partager tout ça

Départ pour la Thaïlande

La nouvelle du jour c’est que demain je m’envole avec vélo et sacoches en Thaïlande pour un périple d’un mois.

Ou plutôt devrais-je dire NOUS nous envolons puisque suite à mon annonce postée ici-même il y a un mois, je ne pars pas seul mais avec Anita qui a accepté de partager avec moi cette aventure.

Je la remercie évidemment infiniment d’avoir répondu à mon annonce et me réjouis de découvrir la Thaïlande et le Laos en sa compagnie.

Durant cette période ce blog sera toujours mis à jour de la même façon, c’est-à-dire irrégulièrement ;-)

J’espère toutefois en profiter pour vous faire partager notre voyage, au gré des internet cafés trouvés là-bas.

D’ores et déjà, je vous souhaite de bonnes vacances à tous et vous retrouverai à la fin août au plus tard pour un récit de notre séjour asiatique!

Qui viendrait avec moi?

Initialement prévues plus tard dans l’année mes vacances viennent d’être agendée en plein mois de juillet, ce qui bouscule pas mal mes plans pour cet été.
En soi, ce n’est pas désagréable du tout, au contraire, mais du coup il faut rapidement que je trouve ce que je vais en faire.

J’aimerais évidemment partir à vélo mais je ne sais pas encore où aller. J’ai quatre (voir cinq) semaines à disposition et pour une fois j’ai envie de voir du soleil (ça me changera des pays nordiques).

Je lance donc un appel à ceux ou celles qui auraient envie de passer ces quelques semaines avec moi dans un pays à définir (pourrait être la Thaïlande par exemple, mais je crois que c’est la période de la mousson ou bien les Balkans ou simplement la traversée de la France…), à vélo, avec de quoi faire du camping.
Je suis ouvert à toute proposition, je ne cherche pas à faire d’exploits en termes de kilomètres (moyenne de environ 80 km/jour) et j’espère faire le plein de photos, de bonnes choses à manger et de bons moments.

Alors si vous n’avez pas envie de voyager seul cet été et que l’expérience vous tente, contactez-moi via les commentaires ou par mail (bouton contact en haut de la page).

J’attends vos suggestions avec impatience!

Trento, pour vos vacances à vélo

Avec l’approche des vacances et les projets de voyage à vélo en train de se mettre en place, je me suis dit que ce lien pouvait être utile aux indécis qui n’arrivent pas à choisir leur destination.

Trento Bike Pages recense des centaines de voyages à vélo et s’avère être une mine d’or de suggestions pour se faire envie et dégoter des informations sur la destination de vos rêves. Les tours sont classés par pays, auteurs ou dates et ont été envoyés par ceux qui les ont faits, souvent accompagnés de photos. Vaut la visite!

Sacoches

Et puis pour ceux qui prévoient d’acheter des sacoches pour leur prochain voyage, en particulier si vous hésitez à acheter des Vaude, je tenais à vous dire que bien qu’elles soient excellentes au niveau de l’étanchéité, leur système de fixation au porte-bagages est (était?) très fragile. Il a tendance à se casser quand on retire les sacoches du porte-bagages, ce qui est plutôt énervant.

Pour l’exemple, je me suis retrouvé en Islande à réparer sous la pluie une fixation cassée, dès le premier jour de voyage! Et deux jours plus tard, c’est celle d’une amie qui rendait l’âme. C’est là qu’on est content de sortir le bout de ficelle qui traîne dans une poche.
Par contre point de vue étanchéité, il n’y a rien à redire, elles ont fait leurs preuves sous la pluie Islandaise ;-).

Si vous êtes déjà équipé chez Vaude, ne vous faites pas de soucis, je traîne les miennes depuis plusieures années, malgré tout plutôt satisfait. Je vous conseille simplement de vous procurer quelques pièces de rechange avant de partir en vacances. Au cas où.

Personnellement, expérience faite, si je devais en racheter, je crois que j’opterais pour des Ortlieb. C’est cher, mais c’est bon. Et ça dure longtemps.